Dying Light 2 Review: La mort par mille bugs

Icône de temps de lecture 6 minute. lis


Les lecteurs aident à prendre en charge MSpoweruser. Nous pouvons recevoir une commission si vous achetez via nos liens. Icône d'info-bulle

Lisez notre page de divulgation pour savoir comment vous pouvez aider MSPoweruser à soutenir l'équipe éditoriale En savoir plus

Lumière mourante 2

Après la montée en popularité constante de Dying Light après son lancement en 2016, on peut dire sans risque de se tromper que la suite de six ans de fabrication avait tout un train de battage médiatique derrière elle. Même après des controverses et des faux pas, le train à la mode a foncé dans la gare à toute vitesse, mais maintenant que la fumée s'est dissipée, la question demeure, est-ce que Dying Light 2 est vraiment bon ? Plus important encore, cela valait-il la peine d'attendre?

Bref, non. Même après les correctifs obligatoires du jour zéro et du jour un de Dying Light 2, on a toujours l'impression que le parkour-em-up du monde ouvert est dans un état bêta qui est encore à des mois d'une sortie officielle. Le dernier jeu rempli de zombies de Techland est peut-être, pour la plupart, au moins jouable, cependant, il regorge de bugs qui sont déterminés à gâcher le jeu. une fois réclamé 500 heures de jeu

Même après une fraction de ce temps de jeu total intimidant, j'ai quand même réussi à rencontrer plus de bugs et de problèmes dans Dying Light 2 sur PC que la plupart des autres jeux dont je me souviens. J'ai eu des pépins avec le parkour, le combat, les cinématiques, l'audio et à peu près toutes les étapes d'une quête possible, à tel point que ce n'est même plus drôle quand la tête d'un donneur de quête tourne en rond et m'empêche de leur parler jusqu'à ce que je recharge le jeu. 

Alors que le polissage de Dying Light 2 peut laisser à désirer, le jeu peut au moins vanter qu'il a un monde ouvert décemment agréable, ce qui est certainement une bonne chose puisque c'est là que vous passerez la majorité de votre temps. Ce n'est peut-être pas la plus belle apocalypse du marché, mais grâce à l'architecture de la ville conçue autour des systèmes de parkour robustes, il est au moins amusant de s'y promener.

Grâce à la conception réfléchie de Techland, il existe de nombreuses opportunités dans la ville de Villedor pour escalader des gratte-ciel imposants avant de faire tomber un zombie du haut d'eux, cependant, arriver à ce point n'est pas sans conflits. Dans un geste plutôt audacieux, Techland a décidé de vous lancer dans Dying Light 2 avec seulement les mouvements de parkour les plus élémentaires, que même moi, je pourrais réussir, laissant tous les mouvements amusants et quelque peu essentiels enfermés derrière un arbre technologique qui prendra un certain temps. le temps de mettre à niveau. 

Avant de monter suffisamment de niveau pour obtenir un sprint, une glissade et la capacité d'escalader les murs, les premières étapes de Dying Light 2 sont un travail absolu qui semble beaucoup plus lent qu'il ne devrait jamais l'être. Heureusement, ce problème ne persiste que pour le premier tiers du jeu, car une fois que vous atteignez la partie principale de Villedor, la ville s'ouvre pour embrasser les systèmes de parkour des jeux, dans lesquels vous auriez vraiment dû investir d'ici là, vous permettant de profiter correctement de la mécanique. . 

Lumière mourante 2 Image 2
Quoi de mieux qu'un couteau ? Un couteau avec une batterie attachée ! Quoi de mieux que ça ? Un dropkick. 

Pour le meilleur ou pour le pire, le combat dans Dying Light 2 ne souffre pas du même problème. Bien que la mise à niveau ajoute des cloches et des sifflets à votre arsenal d'attaques, les choses ne s'améliorent pas beaucoup au-delà de frapper les gens avec l'objet le plus pointu que vous puissiez récupérer. Heureusement, frapper les gens avec l'objet le plus pointu que vous puissiez trouver dans l'apocalypse est une affaire remarquablement amusante, surtout une fois que vous avez amélioré vos armes avec des modifications artisanales pour envoyer des zombies électrocutés se précipiter dans les murs et hors des bâtiments. 

Bien que frapper un zombie jusqu'à ce qu'il arrête de bouger puisse être la stratégie de choix pour la majorité du jeu, les systèmes de combat de Dying Light 2 ont en fait une quantité surprenante de profondeur à engager. Il y a des blocages et des parades chronométrés ainsi que des attaques spéciales et des démontages furtifs que vous pouvez utiliser si vous le voulez vraiment, mais rien n'est aussi fort que le dropkick déverrouillable et tout à fait imparable.

Capable d'envoyer un ennemi dévaler un toit ou de fendre sa barre de santé en deux avec une facilité incroyable, le dropkick transforme le protagoniste Aidan Caldwell en une machine de massacre de zombies si puissante que vous vous demanderez comment il n'a pas résolu l'apocalypse tout seul maintenant. Aussi amusant que cela puisse être de dropkick littéralement tous les zombies et maraudeurs que vous voyez, même cela vieillit après un certain temps, car cela devient tout simplement trop facile. 

Lumière mourante 2 Image 3
Ce maraudeur court raisonnablement pour sauver sa vie, sachant qu'il est sur le point d'être projeté dans la stratosphère.

Malheureusement, les choses deviennent plus faciles au fil du temps n'est pas un problème isolé dans Dying Light 2, car presque toutes les facettes du jeu ont quelque chose mis en place par Techland pour le ruiner. Le combat a le dropkick et une arbalète automatique terriblement puissante, le parkour reçoit un grappin et un parachute qui banalisent les sections de parkour autrefois divertissantes, et l'histoire ne fait qu'assumer le fardeau d'exister. 

Pour une histoire sur l'idée totalement originale de la façon dont les gens sont les vrais monstres dans l'apocalypse littéralement remplie de monstres, toute l'épreuve est remarquablement inintéressante. On vous donne rarement une raison émotive de vous connecter à l'histoire, au-delà du fait que vous êtes coincé avec ces personnages pendant les 20 prochaines heures, il est donc difficile de s'engager lorsque les personnages vous regardent fixement et vous racontent toute l'histoire de leur vie . Quand on vous donne enfin une raison de vous soucier d'une séquence de flashback collée, les personnages la gâchent souvent quelques minutes plus tard en étant des abrutis implacables qui, franchement, je ne veux pas être là, et encore moins aider à survivre à l'apocalypse. 

Dans mon jeu, cela m'a amené à me ranger du côté des Peacekeepers autoritaires plutôt que des sympathiques gentils gars du parkouring évidents des survivants, cependant, j'ai rarement eu l'impression qu'il y avait un choix percutant à faire. Étant donné que l'histoire a un chemin central, avec seulement un trio de quêtes uniques par faction, tous les choix les plus mémorables pour sauver des personnages ou profiter au monde entier sont disponibles, peu importe qui vous soutenez, vous êtes donc toujours en mesure de faire le bon décision, ou la mauvaise malgré tout. 

Lumière mourante 2 peut être une épreuve désordonnée et quelque peu superficielle par endroits, cependant, ce n'est rien sinon amusant. L'histoire peut être entièrement oubliable, mais ce n'est pas entièrement une mauvaise chose car elle vous laisse libre de simplement profiter du monde que Techland a créé. Vous pourriez même vous retrouver à passer 500 heures à terminer toutes les dernières quêtes et à trouver chaque objet de collection simplement parce que cela peut être tellement amusant de traverser et de dropkicker à travers le monde délabré.

Alors que mon temps avec Dying Light 2 a peut-être été criblé de bugs, il y a toujours une doublure argentée à ce nuage atomique, car comme un bon vin, les jeux ont tendance à s'améliorer avec l'âge. Heureusement, cet espoir d'un avenir meilleur n'est pas qu'une chimère, comme l'avait promis Techland avant son lancement. années littérales de contenu et des mises à jour pour Dying Light 2, qui, espérons-le, finiront par en faire une expérience très agréable. 

En savoir plus sur les sujets : Dying Light, Lumière mourante 2, Techland, Les derniers avis sur MSPoweruser

Soyez sympa! Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *